My first russian language lessons

AlphabetAs an EVS volunteer, I have Russian lessons. Two times a week, I have particular lessons with Irina. I had my first lesson a Tuesday, at 1 pm. As it was sunny, we did it in the park, near the building. The perfect place to begin learning the thirty-three letters of the Cyrillic alphabet. I already knew the majority of them.

First, those that are the same as in French (A, K, T, O, M) and false friends who exist in English but have perniciously decided not to be pronounced in the same way: B, E, H, P, C, У, Х. Finally, those whose sound is known but which do not exist in the Latin alphabet (Б, г, д, З, И, Л, П, Ф, Э …), without forgetting the hard sign (ъ), which indicates a short pause between the syllables, and the soft sign (ь). Not easy to grasp at first. As for the pronunciation, some letters give some hard time. I have difficulty understanding the difference between ш (hard) and щ (soft), the first being simply harder.

The day before my first lesson, I tried to read the first page of Harry Potter and the Philosopher’s Stone in Russian. At a rate of one letter per second, I spent five minutes to read three lines. Without understanding what I was reading, of course. I enjoyed more the story with the French version, for some reason.

During the daily bus trips, I read the inscriptions that I can see through the window. Storefronts, posters … The lesser advertising becomes interesting. Sometimes I set myself a challenge to train myself to read faster : “Guillaume, you’ll read this sign before the bus departs. ” You can try, if you ever visit Russia. Still, be careful not to miss the stop.

After the pronunciation exercises, we move to the stress (which influences the pronunciation of other letters of the word), basic words and polite expressions.
It may be helpful to say “hello”, “thank you” or “sorry”. In this regard, do you know that “sorry” is said “Простите” (prostitie) in Russian? At first it was a little weird to use this word which sounds like “prostitute” to apologize, especially addressing a girl. But
we get used to it. And if I want to avoid to say it, I can use the synonym ” Извините ” (Izvinite).

You use “Привет” (Privet) to say “Hello” to people you know well or young people. For people you do not know, “Здравствуте” is used. Much more complicated. The kind of words that make you want to be friend with everyone !

During the first lessons, you must learn simple and useful sentences, like this one, which is used to present oneself : “Менебазерты123456890уио = + пюсдфгхйклщьцвбн …” Well, I tell you that when I control my new keyboard. Oh, I have not said it yet, but I have just had a Russian keyboard. Actually, I have not bought any new keyboard, I simply downloaded a keyboard that expands the possibilities of my French keyboard by adding the letters of the Cyrillic alphabet. Still, in two clicks, I switch from the French keyboard to the Cyrillic keyboard and vice-versa. That is really handy.

Alphabet2

Mes premières leçons de russe

En tant que volontaire dans le cadre du service volontaire européen, je bénéficie de leçons de russe. Deux fois par semaine, je suis des cours avec Irina. Des cours particuliers, la classe ! Ah bah non, justement, pas la classe, puisque c’est un cours particulier. Je ne la traduirai pas en anglais, celle-là, c’est un bonus pour les francophones. Il y en a, des avantages à savoir parler français, pas vrai ?

J’ai suivi ma première leçon, un mardi, à 13 h. Comme il faisait beau, on s’est installés dans le parc à côté du bâtiment. Un cadre idéal pour commencer à apprendre les trente-trois lettres de l’alphabet cyrillique. Commencer, ou plutôt continuer, car je connaissais déjà la plupart d’entre elles. Celles qui sont les mêmes qu’en français (AKTOM), les fausses amies qui existent en anglais mais, pernicieusement, ont décidé de ne pas se prononcer de la même manière : B, E, H, P, C, У, Х. Enfin, celles dont on connait le son mais qui n’existent pas dans l’alphabet latin (Б, г, д, З, И, Л, П, Ф, Э…), sans oublier le signe dur (ъ) qui indique une courte pause entre les syllabes et le signe mou (ь). Pas facile à appréhender, au début. Pour la prononciation, certaines lettres donnent du fil à retordre. J’ai par exemple du mal à saisir la différence entre ш (dur) ет щ (mou), la première étant simplement plus dure.

La veille de ma première leçon, j’avais essayé de lire la première page d’Harry Potter et la pierre philosophale en russe. À un rythme d’une lettre par seconde, j’ai dû mettre cinq minutes pour lire trois lignes. Sans rien comprendre à ce que je lisais, évidemment. J’ai plus accroché à l’histoire avec la version française, allez savoir pourquoi.

Je profite des trajets de bus quotidiens pour lire les inscriptions qui défilent par la fenêtre. Devantures de magasins, affiches… La moindre publicité devient digne d’intérêt. Parfois, je me fixe un défi pour m’entraîner à lire plus vite : « Guillaume, tu vas lire cette pancarte avant que le bus ne s’éloigne. » Vous pouvez essayer, si un jour vous allez en Russie. Faites quand même gaffe à pas louper l’arrêt.

Revenons à la première leçon. Après les exercices de prononciation, on passe à l’accent tonique (qui influence la prononciation des autres lettres du mot), les mots de base et aux formules de politesse. Ça peut être utile de dire « bonjour », « merci » ou « pardon ». À ce propos, savez-vous que pardon se dit Простите (prostitie) en russe ? Au début, ça me faisait un peu bizarre de dire ce mot pour m’excuser, surtout en m’adressant à une fille. Mais on s’y fait. Et si vraiment je veux éviter de le dire, il me reste son synonyme « Извините » (Izvinite).

Il y a aussi « Привет » (Privet) pour dire « Bonjour » à des personnes que l’on connaît bien ou à des jeunes. Pour les personnes qu’on ne connaît pas, on utilise «Здравствуте» (зратсвоуитиè). Nettement plus compliqué. Le genre de mots qui donne envie d’être ami avec tout le monde.

Au début, il est bon d’apprendre par cœur quelques phrases utiles, ne serait-ce que pour se présenter : « Менебазерты123456890уио=+пюсдфгхйклщьцвбн… » Bon, je vous dirai ça quand je maîtriserai mon nouveau clavier. Car je ne vous l’ai pas dit, mais je viens de télécharger un clavier russe. En fait, je n’ai pas acheté de nouveau clavier, j’ai simplement téléchargé un clavier qui élargit les possibilités de mon clavier français en ajoutant des lettres de l’alphabet cyrillique. Toujours est-il qu’en deux clics, je passe du clavier français au clavier cyrillique et vice-versa. Et ça, c’est bien pratique.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s