Climbing in Stolby Nature Sanctuary

dscn6351After the trips of Petropalovka, the participants still wanted adventure. Some of them completed their trip with an excursion to Krasnoyarsk and Stolby Nature Park.

At the end of August, Russians and Ukrainians discovered Krasnoyarsk. A week later, a second group disembarked, with all the equipment to enjoy themselves safely: armed with ropes and carabiners, they attacked the first two pillars and Kitaiskaya stenka (the wall of China).

The Stolby Natural Park, of which only 3.5% is open to the public, is located on the northwest spurs of the Eastern Sayan mountain. The rocks are mainly of sedimentary and volcanic origin. The park is at about ten kilometers from Krasnoyarsk and can be reached by bus or by car. Then, depending on where you arrive, you can access to the rocks by a paved road or by trails, which may take time. Anyway, walking in the middle of the forest is not unpleasant and can even be instructive: for example, we could enjoy the culinary details provided by Andrei, who explained how to prepare a tomato omelet, a potatoes gratin of or other Romanian dishes.

On the spot, it is time to choose a wall to climb. The most experienced ones, Serguei, Roland and Andrei, spot the places adapted to different levels, scrutinize the rocks, spot the points of support, the difficult passages, foresee the course. Then Serguei climbs to fix the rope which will serve to secure the following climbers.

A very inspiring place

Stolby in a place full of charm. For Roland, who has already climbed on several places, “Stolby is very inspiring. People teach their children to climb. I like this tradition.” If the German guy has already a good climbing experience, this is not my case. In Stolby, I climbed for the first time in my life with ropes on steep walls. My first experience of rock made me realize the value of a good support. You never think about it in everyday life, but, suspended at twenty-five meters of altitude, when you are desperately seeking a recess to place your foot, you realize that a good support is really precious. Putting a foot a little higher is at the same time a risk (at least it would be if my course was not secured) and a necessary step to reach a more comfortable position or to advance. The climb was a rich experience, therefore, and I felt humble in front of nature.

dscn6378

Some of the participants had already climbed on other places. For example, Andrei, From Romania. What are his feelings about Stolby ?

We climbed Kitaiskaya stenka (“Chinese wall”), the big wall, in the first and third days and we climbed up on the first and second rock pillar on the second day. […] Everywhere, you can find easy and difficult routes. The particularity of Stolby is that the rocks are quite stabile and adherent, so it is safe to climb, especially considering the bolted routes that are everywhere.

Another particularity is the climb on the pillars, which is usually made without ropes. This is the traditional way of climbing there and it’s nice to see a lot of local people still doing it. Lately, I have climbed in Sächsische Sweiss, in Germany, where it is sandstone. Although the rock formations are similar in aspect, the rock in Germany is so soft that you have to be very careful and responsible when climbing. It might break. The rock in Stolby being so compact allows people to be more confident even with no rope.”

 

Après les périples de Petropalovka, les participants avaient encore envie d’aventure. C’est ainsi que quelques-uns d’entre eux ont terminé leur voyage par une excursion à Krasnoïarsk et au parc naturel Stolby. Fin août, des russes et ukrainiennes découvraient Krasnoïarsk. Une semaine plus tard, un deuxième groupe débarquait, avec tout le matériel pour se faire plaisir sans risque : armés de cordes et de mousquetons, ils se sont attaqués aux deux premiers piliers et à Kitaiskaya stenka (la muraille de Chine).

Le parc naturel Stolby, dont seulement 3,5 % sont ouverts au public, est situé sur les éperons nord-ouest de la montagne orientale de Sayan. Les roches sont principalement d’origine sédimentaire et volcanique. Le parc étant à une dizaine de kilomètres de Krasnoïarsk, on peut y aller en bus ou en voiture. Ensuite, selon l’endroit où l’on arrive, l’accès aux roches, par une route goudronnée ou des sentiers, peut prendre plus ou moins de temps. Quelle que soit l’option choisie, la marche en pleine forêt n’est pas des plus désagréables et peut même se révéler instructive : on pouvait par exemple profiter des détails culinaires prodigués par Andrei, qui nous expliquait comment préparer une omelette aux tomates, un gratin de pommes de terre ou d’autres plats roumains.

Sur les lieux, l’heure est venue de choisir la paroi que l’on escaladera. Les plus expérimentés, Serguei, Roland et Andrei, repèrent les lieux adaptés aux différents niveaux, scrutent les roches, repèrent les points d’appuis, les passages difficiles, prévoient le parcours. Puis Serguei escalade pour fixer la corde qui servira à sécuriser les suivants.

Un lieu très inspirant

Stolby est un lieu qui a une âme. Pour Roland, « Stolby est très inspirant » : « Les russes apprennent à escalader à leurs enfants. J’aime cette tradition », confie-t-il. Si l’allemand a déjà une bonne expérience en escalade, ce n’est pas mon cas. Ces jours-là, j’ai escaladé pour la première fois de ma vie avec des cordes sur des parois abruptes. Ma première expérience de la roche m’a permis de prendre conscience de la valeur d’un bon appui. On n’y pense jamais, dans la vie de tous les jours, mais, suspendu à vingt-cinq mètres d’altitude, quand on cherche désespérément un renfoncement où poser le pied, on se rend compte qu’un bon appui, ça vaut tout l’or du monde. Poser un pied un peu plus haut est à la fois un risque (du moins, ça le serait si mon parcours n’était pas sécurisé) et une étape nécessaire pour accéder à une position plus confortable ou pour avancer. Une expérience riche, donc, où l’on se sent humble face à la nature.

Certains participants n’en étaient pas à leur coup d’essai et avaient déjà escaladé dans d’autres endroits du monde. C’est le cas d’Andrei, qui vient de Roumanie. Je l’ai interrogé pour savoir ce qu’il pense de Stolby.

“Au parc Stolby, nous avons escaladé Kitaiskaya stenka (la muraille de Chine), le grand mur, les premier et troisième jours et nous sommes montés sur le premier et deuxième pilier le deuxième jour. […] Partout, on peut trouver des itinéraires faciles et difficiles. La particularité de Stolby est que les roches sont très stables et adhérentes, il est donc sûr de grimper, d’autant plus que des parcours ont été installés un peu partout.
Une autre particularité est la montée sur les piliers, qui est généralement faite sans cordes. C’est la façon traditionnelle de grimper là-bas et il est agréable de voir beaucoup de locaux perpétuer cette tradition. Dernièrement, j’ai grimpé à Sächsische Sweiss, en Allemagne. Là-bas, c’est du grès. Bien que les formations rocheuses se ressemblent, la roche en Allemagne est si friable que vous devez être très prudent lors de l’escalade. La roche pourrait casser. Au parc Stolby, la roche est compacte, ce qui permet aux gens d’être plus confiants, même sans corde.”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s