When I was a tourist in Krasnoyarsk

DSCN6507During my nine months in Krasnoyarsk, I have had plenty of time to visit the museums.

Krasnoyarsk regional museum

The building evokes Egypt rather than Siberia. Yet, what you will see inside has no connection with Egypt. From the prehistory to nowadays, the museum relates Krasnoyarsk history and prehistory. You can see an almost reconstituted dinosaur as well as a Russian satellite or a poster of the Soviet period. The museum presents stuffed animals, artistic objects, from enlaces to clothes with beads, objects of Siberian people, tools which were used by prehistoric men discovered near Krasnoyarsk…

 

Surikov’s house

In the centre of Krasnoyarsk, behind a wooden door, is the painter Surikov’s house. A refuge when you can forget the noise of the city and its cars. In the garden, Surikov statue welcomes the visitors. When you enter the house, you are invited to put a kind of plastic bags on your shoes to avoid dirtying the floor.
Vasily Ivanovich Surikov, who was born in 1848 in Krasnoyarsk, used to live in this house. It is now a museum dedicated to him. Of course. Here you go back to the XIXth century, when Surikov used to live in this charming house. In the different rooms finished in the style of the painter’s period, you can admire the landscapes, scenes and portraits he has painted. Amongst his more famous pictures, we can cite Storm of Snow Fortress.

Literature Museum

The same day, we visited the Museum of Literature. Another style, another pleasure. The museum has been restored a few years ago. The result is here: a mix between current period and XIXth century decoration. When you are in the street, the building draws your attention with its carved wood. Of course, when you enter, you can see books written by Chekhov or Dostoyevsky – impossible not to meet them in a museum of literature, but I also met many local authors I did not know, such as Astafyev or Rasputin. This visit made me feel like reading Russian authors. The problem is that I have the impression to loose the original spirit with a translation and right now, my Russian level does not permit me to read in Russian. According to my mentor Tanya, Russian novels are often depressing. I experimented it with Dostoyevsky’s, although I enjoyed them. Should I try Russian poesy?

Saint-Nicolas steamship

It floats on the waters of the Yenisei River, near the concert hall Kraevaia philarmonia. If it is now still docked – it is now converted into a museum, it has not always been so. He did not sail on the seas and oceans but he traveled the waters of the Yenisei. You can see the kitchen, the rooms for the rich and for the poor, walk on the deck and take a look at the mechanics…
That day, we walked in the footsteps of the characters who marked the history of Russia. Indeed, this boat led Prince Nicholas to Krasnoyarsk and took Lenin into exile at Chukenskoy in 1897. The guide, a very nice lady who seemed delighted to have an opportunity to speak English, explained us the steamship history. What is funny is that she believed that Tanya was also a foreigner.

 

The Museum of Modern Art

After more than three months spent in Krasnoyarsk, it was time to see it. The museum was the home of an unmissable figure of the city: the painter Pozdeen. I had touched its statue’s nose – it brings luck – but I had never seen his paintings. I like these shapes, which are often geometric and colored. In the museum are also exhibited objects and documents of the Soviet period. I wanted to bring back a portrait of Lenin to decorate my room, but, unfortunately, it was impossible.

 

Surikov Museum

I visited this museum alone, without Tanya. Surprising as it may seem, here you will find paintings by Surikov. There are canvases a few meters wide as well as more little paintings. But the Siberian artist is not the only one to be honored in this museum: you can also discover other Russian painters.

 

Museum of Honey and Ethnography

It is the only museum where I played the guitar and danced with baboushkas. I discovered this museum in special circumstances. Without Ruslan, the pianist of my French traditional music group, I might never have entered it. Indeed, while we were looking for a place to rehearse, he proposed the Museum of Honey and Ethnography. During the day, you can walk quietly in front of ancient manuscripts or traditional Siberian objects, but on Thursday evening the atmosphere is at its height. People meet there to eat Siberian dishes, sing, and dance. I also danced on Katioucha and other traditional songs during one of those fiery evenings.

 

The Memorial

The tanks which proudly stand in front of the building set the tone. Weapons, dishes or clothes used by soldiers of the Second World War, the objects exhibited at the Memorial will interest history buffs.

 

Yudin Museum

This museum traces the history of the family of Gennady Vasilyevich Yudin, a merchant who possessed an impressive collection of books, and the life of the Decembrists exiled in Siberia.

 

 

Quand j’étais un touriste à Krasnoïarsk

En neuf mois, j’ai eu le temps de visiter quelques musées à Krasnoïarsk.

 

Le musée régional de Krasnoïarsk

Vu de l’extérieur, le bâtiment évoque l’Égypte antique plutôt que la Sibérie. Pourtant, ce que l’on découvre à l’intérieur n’a rien à voir avec l’Égypte. Le musée régional retrace l’histoire de la région, de la préhistoire à nos jours. Vous pourrez y voir des choses aussi différentes qu’un dinosaure presque reconstitué, un satellite, une affiche de la période soviétique, des animaux empaillés, des objets d’art (dentelles, vêtements ornés de perles…), des objets de différents peuples de Sibérie ou des outils découverts près de Krasnoïarsk qui étaient utilisés par des hommes préhistoriques.

 

La maison de Sourikov

Dans le centre de Krasnoïarsk, derrière une porte de bois, se dresse la maison du peintre Sourikov. Un refuge pour oublier le bruit de la ville et de ses voitures. Dans le jardin, la statue du peintre nous accueille. En entrant dans la maison, on est invité à recouvrir le dessous de ses chaussures avec une espèce de sac en plastic pour éviter de salir le sol. Ce serait dommage de souiller un endroit si charmant.
Vasily Ivanovich Sourikov, né en 1848 à Krasnoïarsk, a vécu dans cette maison, qui est devenue un musée dédié à… Sourikov, bien sûr. Ici, on actionne la machine à remonter le temps pour revenir au XIXe siècle. Dans les différentes pièces aménagées dans le style de l’époque, le visiteur peut admirer les paysages, scènes et portraits peints par Sourikov, notamment La Prise de la forteresse de neige, qui figure parmi ses tableaux les plus célèbres.

 

Le musée de la littérature

Le même jour, j’ai visité le musée de la littérature. Autre style, autre plaisir. Le musée a été restauré il y a quelques années, et le résultat est là : un mélange de décor actuel et du XIXe siècle. Depuis la rue, le bâtiment attire l’attention avec ses bois élégamment travaillés. À l’intérieur, on s’attend à trouver des livres de Tchekov ou de Dostoïevski. Ils sont là. Impossible de ne pas les rencontrer dans une musée de la littérature. Mais j’ai aussi découvert des auteurs dont je n’avais jamais entendu parler, comme Valentin Raspoutine. Pour tout dire, la visite m’a donné envie de lire d’autres auteurs russes, même si mon niveau actuel de russe ne permet pas de lire la version originale et que j’ai l’impression de perdre quelque chose en lisant une traduction. D’après Tanya, les romans russes donnent le cafard. Peut-être devrais-je essayer la poésie ?

 

Le bateau Saint-Nicolas

Il flotte sur les eaux du fleuve Ienisseï, près de la salle de concert Kraevaia Philarmonia. Si ce bateau reconverti en musée est maintenant toujours à quai, il n’en a pas toujours été ainsi. Il n’a pas vogué sur les mers et les océans mais il a parcouru les eaux du Ienisseï. On peut y voir la cuisine, les chambres pour les riches et pour les pauvres, se balader sur le pont et jeter un coup d’œil à la mécanique de la bête…
Ce jour-là, nous avons marché sur les pas de personnages qui ont marqué l’histoire de la Russie. En effet, ce bateau a emmené le prince Nicolas de Beriozovka à Krasnoïarsk en 1891 et Lénine en exil à Tchouchenskoï en 1897. C’est ce que nous expliquait la guide, une dame fort sympathique qui semblait ravie d’avoir une occasion de parler anglais. Ce qui est drôle, c’est qu’elle croyait que Tanya était elle aussi étrangère.

 

Le musée d’art moderne

Après plus de trois mois passés Krasnoyarsk, il était temps que j’aille le voir. Le musée abrite une figure incontournable de la ville : le peintre Pozdeen. J’avais touché le bout du nez de sa statue – il paraît que ça porte chance – mais je n’avais jamais vu ses oeuvres. Ces formes souvent géométriques et colorées ne sont pas pour me déplaire. Dans le musée sont également exposés des objets et documents de la période soviétique. Je voulais ramener un portrait de Lénine pour décorer ma chambre, mais malheureusement, ça n’était pas possible.

 

Le musée Sourikov

Ce musée-là, je l’ai visité tout seul, sans Tanya. Aussi surprenant que ça puisse paraître, ici, vous trouverez des tableaux de Sourikov. Des toiles de quelques mètres de larges, ou des plus modestes. Mais l’artiste sibérien n’est pas le seul à être à l’honneur dans ce musée, où l’on peut découvrir les toiles de plusieurs peintres russes.

 

Le musée du miel et de l’ethnographie

C’est le seul musée où j’ai joué de la guitare et dansé avec des baboushkas. Il faut dire que j’ai découvert ce musée dans des circonstances particulières. Sans Ruslan, le pianiste de mon groupe de musique traditionnelle française, je n’y serais peut-être jamais entré. En effet, alors que nous cherchions un lieu pour répéter, c’est lui qui m’a proposé le musée du miel et de l’ethnographie. En journée, on peut se promener tranquillement devant des manuscrits anciens ou des objets traditionnels de Sibérie, mais le jeudi soir, l’ambiance est à son comble. On s’y retrouve pour manger des plats de Sibérie, chanter, et danser. J’ai d’ailleurs dansé sur Katioucha et d’autres chansons traditionnelles lors de l’une de ces soirées enflammées.

 

Le Mémorial

Les chars qui trônent fièrement devant le bâtiment donnent le ton. Armes, appareils de communication, vaisselle ou vêtements utilisés par les soldats de la Seconde Guerre mondiale, les objets exposés au Mémorial intéresseront les amateurs d’histoire.

 

Le musée Youdin

Ce musée retrace l’histoire de la famille de Gennady Vasilyevich Youdin, un marchand qui possédait une collection de livres impressionnante, et la vie des décembristes exilés en Sibérie.

 

Krasnoyarsk Regional museum

 

                      Surikov house

                      Literature Museum

                      Modern art museum

 

                      Surikov Museum

 

                      Museum of Honey and Ethnography

 

                     The Memorial

 

                      Yudin Museum

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s